BIO

“Jeune batteur bon niveau cherche musiciens pour monter groupe, influences : Depeche Mode, Ultravox, O.M.D, The Cure, New Order,… Contacter Olivier au 85 00 67 »
Attirés par cette annonce déposée dans un magasin de musique avignonnais, Fred (basse/chant) et Serge (guitare/chant) contactent son auteur : Olivier (batterie/percussions électroniques). Les trois musiciens, unis par un même goût pour les courants New Wave /Cold Wave/Post Punk, forment VISITEURS MODÈLES en septembre 1982, rejoints deux mois plus tard par Phil aux claviers. Le groupe s’enferme près d’un an dans son local de répétition et monte un répertoire qu’il jouera sur scène pour la première fois en juin 1983 à Villeneuve Les Avignon. Ce soir-là, c’est la révélation. Cueilli à froid, le quatuor prend brutalement la mesure de son potentiel. Il séduit public et « confrères » musiciens, mais enthousiasme également Christian Audigier –plus tard fondateur de la marque Von Dutch- qui propose de les produire. S’ensuivent sessions de maquettage, concerts, répétitions, tractations…. Mais le groupe ne décollera véritablement qu’en 1984 lorsqu’il rencontrera Jean-Pierre Sablier, alors animateur de Radio Clips, la première radio libre avignonnaise, et DJ au mythique club « Les 2G ». VISITEURS MODÈLES change alors de statut : il fait du club son QG. Il y répète (et vide son bar !…!) assidûment pour travailler à la composition des titres qui formeront son premier album. L’enregistrement – produit par J-P Sablier (a.k.a JPS)– commence en février 1985 aux studios ICP à Bruxelles. Le groupe est sur les traces de ses idoles puisque The Stranglers, Echo & The Bunnymen ou O.M.D les ont précédés d’une courte tête dans ce studio. Les sessions sont interrompues pour permettre aux quatre avignonnais (Olivier, alors lycéen, est remplacé par Domi aux baguettes) de participer au stage organisé à Neuilly par la Sacem. En effet, la société des auteurs compositeurs à sélectionné VISITEURS MODÈLES comme l’un des dix espoirs du rock français, aux côtés des INFIDÈLES et autres PORTE-MANTEAUX ! A l’issue de ce stage lors duquel il rencontrera Phil Manzanera (ROXY MUSIC), David Gilmour (PINK FLOYD), J-L Aubert de TÉLÉPHONE ou Bernard LAVILLIER, le groupe donne un concert au Palace à Paris. Dans la salle, les pontes des plus grandes maisons de disque sont venus écouter la relève du rock français! Le concert est médiocre, mais Virgin (entre autres) est sur les rangs. C’est finalement Alain Levy, alors PDG de PolyGram France qui emporte le morceau et place le groupe entre les mains de Polydor. Les sessions d’enregistrement achevées en juillet 1985, Polydor sort en fin d’année « Une Fille Nommée Désir », premier 45 tours accompagné d’une version maxi remixée. Le groupe fait un peu de promo, des TV – notamment sur Canal + avec un Alain Chabat encore inconnu-, des séances de dédicaces et des concerts, mais les passages radios sur une Skyrock alors en plein essor ne permettent pas aux VISITEURS MODÈLES de survivre au départ de Philippe Constantin pour Barclay.JPS, toujours producteur, récupère contrats et bandes et signe avec une autre major : Vogue. En 1986, le quatuor possède une fan base conséquente et fidèle dans le Sud ; il est soutenu par des acteurs du paysage musical français comme Thierry Haupais, Bernard Batzen (qui les programmera aux côtés de BASHUNG et Charlelie COUTURE au Printemps de Bourges), Bernard Lenoir ou Alain Maneval qui utilisera un temps le morceau VISITEURS MODÈLES comme générique de son émission sur Europe 1. En août, Olivier est de retour sur le tabouret de batteur lorsque le groupe donne le coup d’envoi de sa tournée. Le premier concert a lieu au Théâtre Antique d’Orange en compagnie de THE POGUES, Stefan EICHER, RAOUL PETITE, The INMATES, BLESSED VIRGINS. Sans tour support ni aide financière d’aucune part, les conditions sont dures sur la route mais le quatuor originel à nouveau réuni rencontre son public. Cela le place en condition lorsqu’en fin d’année sort « Laisse-toi Aller », premier 45 tours pour Vogue. C’est à nouveau la promotion, les passages TV sur Antenne 2 avec Christophe DECHAVANNE, sur TV6 (ancêtre d’M6) avec un Alain MANEVAL toujours fan, les galas en playback que le groupe n’apprécie guère (certains membres iront même jusqu’à échanger leurs instruments en cours de morceau !…!). Les concerts s’enchaînent et VISITEURS MODÈLES s’engage aux côtés des étudiants vauclusiens lors des manifestations de fin 1986. Un concert est organisé en mémoire de Malik Oussekine et les quatre musiciens déposent une gerbe sur la sépulture de l’étudiant au Père Lachaise. Pour autant, les ventes de “Laisse-toi Aller” ne décollent pas en 1987. Mais Vogue et Hugues De Courson, alors directeur artistique ne lâchent pas le groupe et préparent la sortie d’un nouveau 45 tours pour 1988. JPS retourne à Bruxelles aux studios ICP et remixe “Les Enfants”, assisté d’Erwin Autrique (qui venait d’enregistrer The CURE). Pendant ce temps, le groupe ne chôme pas et joue à Paris (La Locomotive à 2 reprises, l’Ecole Centrale avec Raoul Petite) comme en province. “Les Enfants”, premier single chanté par Serge sort courant 1988. A nouveau, concerts, galas, promo TV et radio, et même le clip produit par JPS et réalisé avec les moyens d’FR3 Normandie, n’aideront le disque à se vendre. “Les Enfants” est le dernier témoignage discographique du quatuor avignonnais. C’est également le troisième extrait d’un album qui, bien qu’enregistré ne verra jamais le jour… une Arlésienne de plus dans l’histoire du Rock ! Fin 1989, alors que s’achève la décennie 80 qui aura vu son ascension, VISITEURS MODÈLES n’a plus ni maison de disque ni producteur, et Phil fini par jeter l’éponge. Le groupe est usé, en quête d’évolution. Il recrutera Nico, son ingénieur retour live comme guitariste. Après une période d’adaptation et de réorientation artistique, le groupe devenu trio après le départ de Nico finira par signer fin 1993 avec le label du légendaire producteur (aujourd’hui décédé) Patrice Fabien. Un single “Qu’est-ce que ça peut faire ?” sortira en licence chez Flarenasch sous le nom de VISITEURS MODÈLES avant que le trio rebaptisé LUXY LUXY ne signe chez Mercury. Il y sortira un album et 3 singles et aura l’occasion d’enregistrer avec des réalisateurs de renommée internationale comme Phil DELIRE, Steve FORWARD, Ben ROGAN… dans les studios Musica, Davout, Marcadet et à nouveau ICP pour une ultime session en 1998. ICP comme point de départ… ICP comme point final… puisqu’un an après les World Cup Sessions, le groupe se séparera, après 17 années d’aventures humaines et artistiques !… !

Le 26 septembre 2009, les V.M se reforment pour une ultime “visite” au Théâtre Antique de Vaison La Romaine … affaire à suivre !…!

2 Responses to “BIO”

  1. Alexandre Crisa Says:
    mars 3rd, 2012 at 22 h 48 min

    Bonjour et Bravo !
    On à écouter les musiques avec les parents, c’est trop bien :-)

    Alexandre

  2. Olivier Says:
    mars 4th, 2012 at 0 h 21 min

    Merci Alexandre. Bonne soirée à vous tous. olY. ;-)

Leave a Reply