PAROLES

LES ENFANTS

Une jeune femme attend
La venue du tout premier enfant
Prendra t’elle conscience
Du sort cruel qu’elle offre sans méfiance ?

Laissez aux enfants le droit d’exister
De temps en temps
Donnez leur confiance
Ne laissez pas dans leurs yeux le doute s’installer
Dis moi vraiment
Quoi de plus grand qu’un enfant

Dans la chambre bleue
C’est ce soir là qu’elle ouvrit les yeux
Dans un dernier effort
La jeune femme frappe son ventre encore

refrain

Solo

refrain ad lib

UNE FILLE NOMMÉE DÉSIR

Une rencontre à laquelle on ne songeait même pas
Le temps s’arrête là
Et ma voix tremble
Ses yeux me fixent et même des mots qui n’veulent rien dire
Parviennent sans le sentir
A me séduire

Une fille nommée désir
Désir
Désir

Un baiser fou volé à la tombée du soir
Lorsque il est bien trop tard
Pour prendre conscience
Cette passion est née dans deux regards étroits
Et ne me laisse pas
Le choix d’attendre

Une fille nommée désir
Désir
Désir
Une fille nommée désir
Désir
Désir

Sans trop savoir pourquoi
Je ne pense qu’à toi
Qu’à toi

Cette fille aux yeux clairs que j’appelais désir
Et qui sans rien me dire
A mis le feu aux cendres

Une fille nommée désir
Désir
Désir
Une fille nommée désir
Désir
Désir

CONTRETEMPS

Une rue déserte, où par instant, un bruit de pas, un cri d’enfant,
Change la monotonie du temps
Tu cours après cette vie raté, qui passe sans qu’on l’ai remarqué,
Derrière toi ce n’est qu’un passé,
Mais qu’il y a t-il devant,  qu’il y a t-il devant,  qu’il y a t-il devant désormais ….
Tu cours après cette vie raté, qui passe sans qu’on l’ai remarqué,
Derrière toi ce n’est qu’un passé,
Mais qu’il y a t-il devant,  qu’il y a t-il devant,  qu’il y a t-il devant désormais ….

Rester des journées accroupi,
La tête dans les mains engourdie,
A t’étonner ou réfléchir,
Sur ce que retenir le temps,
Pourrait changer à ton présent,
Tu voudrais mais reste impuissant,
Face aux rides du temps, face aux rides du temps,

Les secondes qui s’écoulent peu à peu,
Sont des gouttes ajoutées à ton feu,
La vie s’écoule toi tu prétends,
Que tu pourrais arrêter le temps, arrêter le temps

On t’a retrouvé allongé,
Sur ton lit un matin d’été,
Tu semblais heureux et comble,
Dommage que tu n’ai pas compris,
Qu’à vouloir ralentir ta vie,
Tu es resté seul démuni,
Face aux rides du temps, face aux rides du temps,

Les secondes qui s’écoulent peu à peu,
Sont des gouttes ajoutées à ton feu,
La vie s’écoule toi tu prétends,
Que tu pourrais arrêter le temps, arrêter le temps

SOLO

Les secondes qui s’écoulent peu à peu,
Sont des gouttes ajoutées à ton feu,
La vie s’écoule toi tu prétends,
Que tu pourrais arrêter le temps, arrêter le temps

ANNIE F.

Toute seule,
Dans ta chambre déserte,
La mort n’attends plus que ton feu vert,
Pourquoi restes tu à ne rien faire ?
La peur de décevoir ce destin trop amer …

Petite Annie se meurt, d’un cancer à la tête,
Petite Annie se meurt, d’un cancer au cœur,
Petite Annie se meurt, d’un cancer à la tête,
Petite Annie se meurt, d’un cancer au cœur, au cœur,

Tu n’oses même plus te regarder,
Dans ce miroir une inconnue est née
Petite fille charmante sortie de l’enfance,
Deux mains s’emparent de toi,
Il ne faut plus attendre,

Casse le verre qui t’enterre au bon moment,
Rien n’y faire c’est ta fin à tout instant,
Tu passes des nuits en enfer
(Mais le temps est long),
Tu rêves d’un sursis précaire,
(Mais le temps est long),

Petite Annie se meurt, d’un cancer à la tête,
Petite Annie se meurt, d’un cancer au cœur,
Petite Annie se meurt, d’un cancer à la tête,
Petite Annie se meurt, d’un cancer au cœur, au cœur,

A midi le soleil sera haut, mais Annie F ne le verra pas,
A midi le soleil sera haut, mais Annie F ne le verra pas, (bis)
Tu meurs dans l’oubli, toute seule dans ton lit,
Tu meurs dans l’oubli pousse ton dernier cri…

Leave a Reply